Skip to content

Porte de la Chapelle, Paris

Porte de la chapelle, serre, architecture

Le site de la Porte de la Chapelle est très complexe. Complètement enclavé par le Périphérique et l’autoroute A1 ce site est déconnecté de la mobilité urbaine faute de liaison physique. Pourtant, la diversité des flux de circulations démontre l’intérêt de ce site. Toutefois, cette diversité dessert ce territoire en créant des non-lieux sous les infrastructures routières. C’est pourquoi, le projet habite le périphérique plutôt qu’il l’évite. L’idée est donc de prendre l’endroit le plus défavorable et le transformer.

Compte tenu de la complexité, un bâtiment bas et continu était idéal. Le franchissement des infrastructures s’effectue par un bâtiment bas filant sous les bretelles du périphérique. A deux endroits, ce bâtiment bas émerge et révèle deux excroissances. Celles ci correspondent à des situations particulières :

Un premier bâtiment contenant des activités sportives, tournées vers la ville de Paris. Ce bâtiment bas est également proche des nuisances sonores dont il peut très bien s’accommoder. Cette excroissance est accessible uniquement depuis l’intérieur du bâtiment filant.

Un deuxième bâtiment, décalé du socle, termine le franchissement. Il est en lien direct avec l’implantation du futur campus Condorcet (à quelques mètres). Cette tour surplombe le périphérique et abrite des salles de cours et les laboratoires de recherche pour le campus.

Le bâtiment bas est le prolongement direct de la Porte de la Chapelle. Un emmarchement large permet de réanimer une ancienne promenade plantée laissée en friche.

Porte de la Chapelle, jardin, infrastructure

L’ensemble du bâtiment fonctionne autour de serres et de patios. Ceux-ci gèrent les conflits avec les infrastructures mais participent également à la ventilation de l’ensemble du bâtiment. Les serres ne sont pas uniquement présente au sol, elles s’exportent dans la plus grande tour.

La promenade depuis la Porte de la Chapelle s’étend alors dans tout le projet sous la forme de patios aux pieds des piles du périphérique. Ensuite, cette dilatation végétale s’effectue dans des serres dans le bâtiment bas ainsi que la tour des amphis.

Ainsi dilaté et réparti, il s’agit d’un jardin tridimensionnel.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *